Zoryas

Claire williams

Installation plastique et sonore

Six formes reposent au centre d’un grand disque plat. L’une rappelle les morceaux de silice amorphe produits par l’impact de la foudre sur le sable, les autres semblent pareilles à des méduses, coraux ou algues qui peupleraient des fonds marins dont on ne sait rien. Chacune d’elle est emplie d’une matière-énergie de teinte et de structure à nulle autre égale.

Les six formes sont toutes différentes mais elles appartiennent sans aucun doute à la même classe d’objet, la même catégorie de choses. Aux physiciens, elles rappellent les tubes utilisés par Heinrich Geissler pour expérimenter sur le comportement de certains gaz lorsqu’ils sont traversés par des courants électriques. A ceux qui fréquentent les boutiques des musées de sciences, elles rappellent les globes luminescents qui réagissent aux toucher. Aux explorateur des hautes latitudes, elles rappellent les aurores boréales. Elles sont à la fois tout cela et rien de cela. Elles sont emplies des gaz qui composent le milieu interstellaire : argon, néon, krypton, xénon, nitrogène…

Elles sont tissées de la même étoffe que le soleil : le plasma. Quatrième état de la matière, le plasma compose 99 % de notre univers visible mais aucun des 100 % de celui dans lequel nous évoluons. C’est ce qui rend étrange le fait d’entendre son activité comme venant de l’intérieur de notre corps lorsque nous posons nos coudes sur l’anneau qui ceint le grand disque plat. Toute l’installation pulse au rythme de l’activité électromagnétique du soleil.

© Pierre Gondard
© Pierre Gondard
© Pierre Gondard

Partagez cet événement sur les réseaux sociaux

Artiste

Claire Williams (BEL)

Les œuvres de Claire Williams prennent la forme d’antennes tissées, de sculptures en verres emplis de plasma ou encore d’appareils qui captent l’invisible.

Des donnés de radios-télescopes se matérialisent en points tricotés, en vibrations sonores ou encore sous forme de pulsations lumineuses. Elle sculpte et façonne des sculptures électroniques afin de rendre visible les mouvements électromagnétiques allant du cosmos à notre magnétosphère, aux ondes radios traversant notre environnement terrestre ou encore celles émanant de nos corps.

Elle travaille actuellement sur l’exploration de l’éther, au croisement des pratiques des sciences occultes et expérimentales. Elle explore ainsi notre relation au monde de l’invisible en réactivant des pistes abandonnées de certains scientifiques et chercheuse.re.s de la moitié du 19ᵉ siècle.

Crédits & mentions

Production :  Production Le Fresnoy, studio national des arts contemporains 2018-2019

Avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International et du Centre Wallonie-Bruxelles I Paris – dans le cadre de la Saison Parallèle / Marseille 2020 et de son cycle de programmation Hors les Murs – Constellations.

Collaborations :
Stéphane Louis
TeslaCoilRu
Baptiste De La Gorce
Observatoire Royal de Belgique – E-Callisto Network