Do humans dream of online connection ?

dasha ilina

Broderie à la
main illustrant des interactions sociales déconnectées

« Do Humans Dream of Online Connection? » interroge nos relations intimes quotidiennes aux objets dans une époque de dissociation accrue entre la proximité physique et l’intimité émotionnelle.

L’objet réunit les surfaces dures des interfaces technologiques et la fragilité de la délicate broderie à la main. En utilisant l’artisanat quelque peu désuet de la broderie et en soulignant l’effort impliqué dans sa production, l’objet entend dépouiller l’expérience normalement lisse du smartphone comme un outil considéré uniquement pour sa capacité à servir un but, en cachant le travail manifesté par son utilisation.

L’œuvre souligne une progression de la production capitaliste en employant une tâche physique fastidieuse et monotone pour remettre en question ce qui, dans un contexte eurocentrique contemporain, est considéré comme notre ressource la plus commercialisable. Notamment le temps et l’attention personnels qui sont de plus en plus injectés dans l’économie mondiale par l’utilisation de technologies intelligentes facilitant une connectivité constante (et la capitalisation accrue de temps auparavant « libre »).

En raison de la dépendance accrue à l’égard de la technologie comme moyen de maintenir le lien humain, suite aux blocages consécutifs à la pandémie de COVID-19, les entreprises se sont infiltrées davantage dans le monde quotidien de l’individu, consommant ce qui était auparavant inaccessible.

© Dasha Ilina

Partagez cet événement sur les réseaux sociaux

Artistes

Dasha Ilina (RU)

Dasha Ilina est une artiste russe techno-critique basée à Paris. Par le biais d’approches low tech et DIY, son travail met en lumière la relation nébuleuse entre notre désir d’intégrer les technologies modernes dans notre vie quotidienne et les impératifs sociaux proposés pour prendre soin de soi et des autres. Sa pratique engage le public afin de faciliter un espace pour le développement d’une pensée critique concernant nos relations modernes, la vie privée à l’ère numérique, et le désir contemporain réflexif de se tourner vers la technologie pour trouver des réponses. Elle est la fondatrice du Center for Technological Pain, un projet qui propose des solutions DIY aux problèmes de santé causés par les technologies numériques, pour lequel elle a reçu une mention d’honneur à Ars Electronica. Elle est également co-directrice de NØ SCHOOL, une école d’été sur la recherche critique autour des impacts sociaux et environnementaux des technologies de l’information et de la communication.

Crédits & mentions

Avec le support de Mains d’Oeuvres à Saint-Ouen et l’inspiration de Klio Krajewska