Internes (L’Augmentation des Choses)

Gregory Chatonsky & Goliath Dyèvre

Installation sculpturale et sonore

Internes est un dispositif matériel pour la réalité augmentée (RA), s’inscrivant dans la série L’augmentation des choses. Il a pour objectif de questionner la production croissante des objets, mais aussi la relation entre l’espace et la technique en laissant une place au manque et à la réflexivité dans l’environnement urbain.

L’urbanisation est un phénomène continu depuis plus d’un siècle. Elle entre dans un rythme accéléré avec des projets de transformation de grande ampleur que les habitants peinent à s’approprier et à imaginer. Partout dans le monde, les villes grandissent selon des projets urbanistiques géants. La promesse des smart cities sonne comme des slogans creux tant sa réalisation est énergivore et relève d’une croissance innovative qui semble s’écraser sur le mur des bouleversements climatiques. La ville est creusée de l’intérieur par son propre projet.

Il s’agit aussi de se saisir des transformations induites par la ville et la réalité augmentée pour venir questionner la tradition sculpturale, supposant que celle-ci est le symptôme précieux de la relation entre forme et matière telle qu’elle s’est élaborée en Occident et telle qu’elle a influencé notre usage du monde. La question du matériau, du creux, du moule, de ce qui vient compléter ou se retirer sont autant de manières de rendre sensible notre perception à elle-même.

Internes souhaite reterritorialiser le numérique qui ne serait plus partout, c’est-à-dire nulle part, mais dans un nouveau mode de présence.

Infos pratiques

DATE

13 au 15 Nov. de 10h à minuit

GRATUIT

LIEU

PLACE DU CHÂTEAU JOLY,
Terrasse sous place Saint-Laurent

ACCESSIBILITE

Bus 49 ou 83, arrêt MUCEM

Partagez cet événement sur les réseaux sociaux

Artistes

Gregory Chatonsky (FRA)

Après des études de philosophie à la Sorbonne et de multimédia aux Beaux-Arts de Paris, Grégory Chatonsky s’engage, depuis le milieu des années 90, dans un travail sur le Web, qui inclut la création de Incident.net, la première plateforme de Netart en France. Il questionne alors les nouvelles identités et narrations qui affleurent sur le réseau. La relation entre les réalités physique et virtuelle est un thème qui marquera tout son travail artistique primé et ses nombreuses publications, d’une réflexion sur les pratiques du réseau jusqu’au s’interroger sur la résurrection à l’ère de l’intelligence artificielle.

Pendant une période en résidence en Europe et à l’étranger, il commence une longue série sur la dislocation, l’esthétique les ruines et l’extinction comme phénomène artificiel et naturel. Il rencontre en 2014 Goliath Dyèvre, rencontre qui donnera lieu à un travail sur la réalité augmentée considérée comme une vacuité ontologique.

Après 10 ans à Montréal et des résidences en Nouvelle Zélande, Émirats Arabes, en Amazonie, Grégory revient en France en 2018 comme artiste-chercheur associé à l’ENS et continue son travail de recherche, imaginant un monde rêvé par les machines, notamment dans « Je ressemblerai à ce que vous avez été » (2019) aux Tanneries et dans « Terre Seconde » (2019) au Palais de Tokyo, qui présente un monde crée par les machines après l’extinction de l’espèce humaine.

Depuis 2017, l’artiste dirige aussi un séminaire de recherche sur l’imagination artificielle et l’esthétique postdigitale à l’Ecole Normale Supérieure.

Goliath Dyèvre (FRA)

Juste après avoir obtenu son diplôme en 2009 à l’ENSCI de Paris, Goliath Dyèvre crée son studio de design. Son travail questionne le rapport que l’homme entretient avec les objets tant au niveau de la matérialité qu’au niveau de la pensée. Il interroge entre autre ce lien à travers la perception de la fonction en travaillant sur la notion d’objet ouvert. Comme un jeu qui s’instaure entre l’objet et l’homme, comme si l’usage pouvait définir la fonction. Il revient aux bases du design avec notamment une réflexion sur la préhension des choses ou le mythe du Cyclostyle, réflexion historique et narrative sur l’origine de la confusion entre design et décoration. 

Après avoir commencé en 2014 la recherche Le Silence des objets, il commence à travailler avec l’artiste Grégory Chatonsky. 

Son travail a été exposé en France et à l’étranger, au Vitra Design Museum et au Power Station of Art à Shanghai, par exemple. Les objets qu’il conçoit sont produits par Cinna, Petite Friture ou encore Tectona. Il collabore régulièrement avec des grandes entreprises comme Hermès, EDF R&D et l’École syndicale de la Haute Couture sur des projets spécifiques.

En outre que son travail d’artiste, Goliath a enseigné à l’école des Beaux-arts de Lyon et dirige depuis 2018 à L’ENSCI-Les Ateliers un atelier de design expérimental intitulé “Design en dystopie”. Il est régulièrement jury à l’école Boulle, l’ENSCI-Les Ateliers ou encore l’école des Beaux- arts de St-Etienne.